July et Tom Hygreck

July et Tom Hygreck sont frère et sœur. Ils sont aussi co-auteurs de leur premier long-métrage, Blockbuster, sorti le 24 janvier dernier en exclusivité sur Netflix. Dans le film, July réalise et Tom joue la comédie. Ensemble, ils forment un duo complémentaire à l’écran comme dans la vie.

© Marie Minair

Nous avons rendez-vous à l’hôtel L’Échiquier dans le 10ème arrondissement de Paris à l’heure du petit-déjeuner. Le choix de cet endroit n’est pas anodin « C’est dans cette salle que nous avons tourné la scène avec Michel Gondry ». Le réalisateur de Eternal Sunshine of the Spotless Mind fait une apparition dans Blockbuster. Une collaboration dont sont fiers Tom et July. Faut dire que Blockbuster est un film à petit budget. Porté par la ténacité de July qui, pendant 7 ans, n’a jamais rien lâché. L’idée est partie d’un court-métrage qu’ils avaient écrit ensemble. Et le chemin avant de devenir le premier original Netflix France a été semé d’embuches. « Il y a quelques années, on m’a fait descendre à Cannes pendant le Festival pour me signifier un refus. C’est dans le train qui me ramenait à Paris que j’ai appelé Tom pour lui dire C’est parti, on le fait à notre manière, avec notre énergie ». Et ils ont bien fait.

« Personne n’a fait Blockbuster pour l’argent. Ce film s’est fait à l’envie. »

« Tous les gens qui ont bossé sur Blockbuster ont perçu le même salaire » précise Tom. Julie surenchérit « C’est un film communiste ! » avant d’éclater de rire. Tous deux saluent l’aventure incroyable dans laquelle chacun s’est impliqué. Les heures, ni les comédiens, ni les techniciens ne les ont comptées. Toutes les scènes avec Lionel Abelanski, par exemple, ont été tournées en une journée. « On leur sera éternellement reconnaissants » avouent-ils de concert. Comme beaucoup de films indépendants, Blockbuster s’est fait sans filet de sécurité « On a eu des galères tous les jours. » Certaines scènes ont été tournées avec un Smartphone. « Je faisais tout au son. C’était du 360. Personne ne pouvait être sur le plateau à part les comédiens qui filmaient ». Difficile pour la réalisatrice qui aime tout maîtriser. « On a beaucoup ri » précise Tom : « On avait une assistante caméra qui réglait la luminosité de nos téléphones et dès qu’on déclenchait, elle partait en courant se cacher derrière une voiture ».

© Marie Minair

Dans l’écriture, July et Tom sont autodidactes. Ils ont conscience de leurs failles. « Le monteur Thomas Fernandez a apporté une grande valeur ajoutée à notre scénario. Il m’a d’ailleurs dégagée de la salle de montage une journée entière, un calvaire pour moi qui adore ça. » précise July dont la voix exulte lorsqu’elle prononce le mot « adooore ». Il y a bien une énergie qui habite July. Qui lui permet d’embarquer les gens autour d’un projet. « Ma sœur est un pitbull, elle est déterminée ». Au départ, July a suivi un cursus en art. De sa passion pour la peinture elle a gardé le goût de la mise en images : « lorsqu’on écrit je visualise. Tom, lui, apporte sa patte de comédien. » Complémentaires, je vous disais. Dans la vie, ils sont très proches aussi, « on est amis ».

Blockbuster, c’est l’histoire d’un amour fou, farfelu, entre Jérémy (Syrus Shahidi) et Lola (Charlotte Gabris) filmé comme une série TV pour le père de Jérémy atteint d’un cancer. Bloqué dans sa chambre d’hôpital, il suit les aventures du couple et de leurs potes, épisode par épisode, sur son ordinateur. Mais lorsque Lola apprend qu’elle a été « castée » pour ce projet, elle quitte Jérémy. Il va alors monter un faux gang de super-héros et kidnapper des stars (Michel Gondry, Manu Katché, Youssoufa) pour la reconquérir. Sous une apparente légèreté, ce film aborde des sujets qui ne le sont pas, légers : la peur de grandir, la dépendance au groupe, la difficulté de se séparer d’un être aimé et la relation qui unit une fratrie face à l’adversité. « Blockbuster évoque la question des gens qui disparaissent. Du souvenir. De ce que l’on garde en mémoire » ajoute July. Dans ce film, on rit. On pleure aussi. Et c’est ce qui le rend attachant.

L’aventure Blockbuster prouve que tout est possible.  Dans Notes pour trop tard, Orelsan disait  « Si tu veux faire des films t’as juste besoin d’un truc qui filme ». Il faut aussi beaucoup d’envie. Et Tom et July en sont pétris. De talent aussi.



En savoir plus
Facebook
Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *